Les premières offres de précommandes du Nexus 5 ont été lancées sur Facebook par un opérateur canadien

Standard

Pour faire le buzz, l’opérateur canadien Wind n’a pas hésité de publier sur sa page Facebook les premières offres de précommandes du Nexus 5. Il a également profité de l’occasion pour révéler aux internautes la fiche technique complète du smartphone avant d’effacer rapidement la publication, puis d’invoquer par la suite qu’il s’agissait en fait d’une erreur.

La fiche complète de Nexus 5 dévoilée sur Facebook

La publication a donné assez de temps aux férus de téléphones intelligents de faire des captures d’écran, comme quoi il a été confirmé que le Nexus 5 est bien doté d’un écran de 4,95 pouces en 1080p protégé par du Gorilla Glass 3, ainsi que d’un SoC Snapdragon 800 cadencé à 2.3 Ghz. Il dispose par ailleurs de 2 Go de RAM et offre 16 ou 32 Go de stockage. Comme tout smartphone haut de gamme digne de ce nom, il propose aussi un appareil photo numérique de  8 Mégapixels. Evidemment, l’appareil fonctionne sous Android 4.4.

Avec de telles caractéristiques, le nouveau smartphone sera probablement comparé, dès sa sortie, au fameux LG G2. En parlant de LG, il faut savoir que la marque vient également d’annoncer officiellement son G Flex, son premier smartphone à écran POLED incurvé de 6 pouces.

Nexus 5 bientôt sur le marché ?

Outre le buzz qu’a provoqué l’opérateur canadien, un membre de Neogaf vient également de publier la photo d’un entrepôt rempli d’exemplaires du Nexus 5. L’entrepôt appartiendrait à LG Canada.

Il ne reste donc plus qu’à prouver l’authenticité du cliché. Si tel est le cas, nous pouvons donc nous attendre à ce que le nouveau smartphone de Google soit lancé sur le marché très prochainement. Tout semble même indiquer qu’il sera commercialisé avant la fin de l’année.

Le buzz de la Caisse d’Epargne marche-t-il comme prévu ?

Standard

Il ne faut pas sous-estimer la portée Facebook ! La Caisse d’Epargne vient en effet d’en faire une mauvaise expérience, tout simplement parce qu’à l’instar de nombreuses marques, elle ne maîtriserait pas encore le réseau social.

« Parce que les accidents n’arrivent qu’aux autres, la GAV (Garantie des Accidents de la Vie) de la Caisse d’Epargne prendre aussi en charge les séquelles temporaires », telle est la nouvelle publicité que la Caisse d’Epargne a dévoilée sur sa page Facebook. Pour ce faire, le groupe a comme d’habitude utilisé son écureuil. Cependant, au lieu d’obtenir l’engouement souhaité, l’information se transforme en « bad buzz ». Une publicité préparée à la hâte, sans stratégie préalable, chose courante notamment chez plusieurs marques qui n’ont pas toujours pris conscience de l’impact des puissants réseaux sociaux tels que Facebook.

Ne pas négliger la portée de Facebook

Sur Facebook comme sur Twitter, tout peut être partagé très rapidement et en quelques secondes. Voilà pourquoi les marques se lancent dans le réseau social, le but étant de toucher le maximum d’internautes. La Caisse d’Epargne y est arrivé, mais en suscitant les critiques de ces derniers à cause de la photo qu’elle a utilisée dans sa publicité. L’on peut en effet y voir un animal maltraité, notamment un écureuil suspendu par ses testicules, que l’on a accroché sans pitié à une mangeoire. Pour atténuer le mauvais effet que cette photo a créé, la marque révèle plus tard qu’il s’agissait d’un petit message insolite, destiné justement aux réseaux sociaux.

caisse-epargne-ecureuil

La Caisse d’Epargne admet avoir utilisé une mauvaise stratégie de communication

Plusieurs groupes ont réussi à se construire une bonne renommée sur Facebook et Twitter. Ce n’est toutefois pas le cas pour d’autres, à l’exemple de la Caisse d’Epargne. Avec un tel dérapage, la marque vient en effet de perdre la confiance des internautes, sans parler des effets sur le long terme de cette mauvaise publicité. Les internautes ont été nombreux à réagir dès les premières minutes où la photo a été publiée. Si au vu de la mauvaise tournure de la situation, le groupe a immédiatement supprimé la publicité, cette dernière continue de circuler sur Internet avec les captures d’écran. Ensuite à la Caisse d’Epargne d’admettre publiquement son erreur, en essayant de calmer les internautes sur le fait qu’elle a voulu utiliser les codes des réseaux sociaux pour faire connaître son produit… Une belle leçon de communication en tous cas pour tous ceux qui envisagent de profiter de la portée des réseaux sociaux.

La Galaxy Gear, la montre intelligente de Samsung

Standard

Début septembre, le célèbre fabricant coréen Samsung lance sa montre high-tech. Notez par cela que ce bijou technologique n’affiche pas seulement que l’heure. Elle donne aussi la date et la température extérieure. Elle dispose aussi d’autres fonctionnalités grâce à sa connectivité Bluetooth.

Pourquoi se procurer une Galaxy Gear ?

La Samsung Galaxy Gear Smartwatch propose plus de fonctionnalités qu’une simple montre. Avec un poids de 74 g, un écran carré, cette montre intelligente présente une mémoire interne de 4 Go et un appareil photo de 1.9 Mégapixels. Sur ce point justement, il suffit d’un seul mouvement de poignet pour capturer des photos ou des vidéos. Il présente aussi plusieurs dizaines d’applications notamment celle qui affiche la température de l’air ambiant.Il est aussi équipé de Bluetooth pour pouvoir synchroniser les données avec son smartphone. La Galaxy Gear Smartwatch se décline en six couleurs notamment l’orange, le vert et le noir. Il faut dire que la Galaxy Gear Smartwatch se présente comme une montre de sport avec son écran de forme carré et son bracelet épais. Grâce à cet écran, il est possible de vérifier s’il y a des appels en absence ou des messages sur son smartphone. A partir de l’écran, il est aussi possible de vérifier l’arrivée de mails. Par ailleurs, grâce à la présence d’un micro, la Galaxy Gear permet de réaliser des mémos vocaux.

Un show en deux temps pour la présentation de la Galaxy Gear

Pour présenter sa montre intelligente, Samsung n’a pas lésé sur les moyens. D’abord il a diffusé un concert en direct depuis la fameuse place new-yorkaise Times Square. Ensuite, il a profité de l’IFA à Berlin pour montrer à un public plus large sa montre intelligente. Il faut savoir que Samsung prévoit la commercialisation de la Galaxy Gear dans plus d’une centaine de pays.

Pour information, la montre intelligente de Samsung n’est pas une grande première. Cela dit par rapport à son plus grand concurrent, Apple, la firme coréenne peut se vanter d’être arrivée en premier dans ce secteur. Pour ce qui est du succès de la Galaxy Gear, les spécialistes ne tablent pas sur une vente importante, vu le prix de la montre qui est compris entre 200 et 400 dollars. De plus, dans un souci d’exclusivité, il faut savoir que la Galaxy Gear smartwatch ne peut être synchronisée, actuellement, qu’avec le Galaxy Note 3, le dernier smartphone lancé par Samsung. Cela dit le fabricant coréen prévoit une mise à jour afin que ses autres smartphones puissent se synchroniser avec la Galaxy Gear.

La Galaxy Gear Smartwatch est une montre high-tech qui présente ainsi de nombreuses applications accessibles grâce à son écran de forme carré. De plus, elle dispose d’une carte mémoire interne pour stocker les photos capturées à partir de l’appareil photo de la montre. Déclinée en plusieurs couleurs, la montre intelligente signée Samsung se veut d’être plus qu’une montre sport. Elle est commercialisée dans 140 pays depuis le 25 septembre dernier avec un prix compris entre 200 et 400 $.

Certaines critiques sur ce produit se font déjà entendre comme en témoigne ce billet sur presse-citron.

La centrale du casque : histoire d’une boutique parisienne

Standard

centrale-du-casqueLa Centrale du Casque, c’est l’histoire d’une équipe de passionnés de deux-roues qui créa une boutique dédiée spécialement aux accessoires pour moto. Implantée dans le 17ème arrondissement à ses débuts, la boutique se lance actuellement dans la vente en ligne d’articles pour moto, plus spécialement des casques de moto.

Histoire de La Centrale du casque

Quand les portes de La Centrale du Casque s’ouvrent dans les années 70, le local s’apparentait à un bazar de pièces et d’accessoires pour moto. Puis le décor fut amélioré au fil des années au point que La Centrale du Casque est devenue un véritable palace d’équipements pour deux-roues. Mais la boutique est surtout connue pour la vente de casques pour moto. Au fil des années, les décors changèrent.  Il fut un temps où La Centrale du Casque présentait un décor digne du Joe Bar Team. A ce moment là, les scooters n’avaient pas encore eu autant de succès que maintenant. Par contre, les passionnés de moto se ruaient vers les casques en polycarbonate, divers modèles sont alors proposés par la boutique. Au fil des années, La Centrale du Casque acquit une bonne réputation auprès des motards. De plus, les deux-roues commencèrent à devenir un moyen de locomotion très prisé par les parisiens. Le parc de deux-roues s’agrandit de plus en plus. Pour attirer davantage de clients, La Centrale du casque innove alors ses casques en proposant notamment le Nolan N100 vers la fin des années 90. Ce modèle se démarque par son côté modulable. D’autres modèles sont également proposés afin que chaque motard puisse trouver le casque adapté aux activités qu’il fait sur sa moto.

La centrale du casque et son équipe de passionnés en moto

Outre son choix innovant de casques pour motos, La Centrale du Casque acquit aussi sa réputation grâce à son équipe de connaisseurs en deux roues. Scootéristes, pistards, motards, ou encore techniciens, l’équipe qui dirige La Centrale du Casque appartient toujours à l’univers des deux-roues afin que les motards puissent obtenir le maximum d’information sur chaque article. A l’heure actuelle, La Centrale du Casque est dirigée par quatre passionnés de moto : Tom le pilote de 250 et 450 cm3, Valentin l’ancien rédacteur chez Moto Revue, Thomas un fin connaisseur de l’univers de la moto, et enfin Raphaël, la tête pensante de la boutique La Centrale du Casque. C’est ce dernier qui assure le côté marketing et qui œuvre pour trouver des solutions pour chaque client qui foule la porte de La Centrale du casque. A l’heure actuelle, cette équipe s’active en boutique et pour la gestion d’une boutique en ligne dédiée à la vente de casques motos haut de gamme.

Casque jet, casque demi-jet, casque modulable, casque cross ou encore casque intégral, La Centrale du Casque pense aux besoins de chaque motard. Les plus grandes marques y sont aussi légion afin que chaque motard puisse porter le casque adapté et qui lui procure le plus de sécurité. Côté prix, des promotions sont proposées tout au long de l’année.

Qand Apple crée le buzz contre son iPhone 5C

Standard

Cupertino, mardi 10 septembre : Apple fait connaître publiquement et officiellement le lancement de son nouveau smartphone, l’iPhone 5S. Le géant américain a enfin levé le voile sur son dernier né, l’iPhone 5C, un produit annoncé low-cost, destiné à séduire de nouveaux clients, notamment les Chinois. Si les internautes sont nombreux à s’en moquer, la concurrence ne s’est pas fait non plus prier pour abattre la marque pommée.

Ce qu’il faut savoir sur l’iPhone 5C

L’iPhone 5C est disponible en 5 couleurs (bleu, vert, blanc, rouge et jaune). Apple se veut ainsi d’offrir aux consommateurs le même appareil que l’actuel iPhone 5, avec une coque en plastique, mais à un prix plutôt élevé. La version 16 Go de la bête n’est en effet accessible qu’à partie de 599 euros, et 699 euros pour la version 32 Go.
iphone-colors

Au final, le « C » ne voulait donc pas dire « cheap » mais bien « colors » car il faut quand même reconnaître que ces prix ne sont pas « low cost » comme promis. Il n’est donc pas étonnant si près de 90% des internautes chinois jugent le smartphone trop cher et n’ont pas l’intention de l’acheter. A ce propos, il faut rappeler qu’en Chine, les ordiphones coûtent en moyenne 75 euros…

La concurrence se moque ouvertement d’Apple

Nokia a été le premier à se moquer du manque d’innovation d’Apple sur Twitter en se disant « flattée » de l’imitation. Via sa gamme Lumia sous Windows Phone, la marque propose en effet déjà de nombreux modèles déclinés en plusieurs coloris flashy auxquels semblent ressembler fortement l’iPhone 5C.

Les internautes se disent, quant à eux, déçus du manque de cohérence au niveau de la marque. Ils associent  ainsi l’iPhone 5C au monde des enfants et des jouets pour faire comprendre au constructeur américain que plastique et haut de gamme ne riment pas ensemble.

Les principaux concurrents de la marque, à savoir Samsung, Microsoft et Motorola, n’ont également pas hésité de reprendre le buzz pour alimenter les moqueries via les réseaux sociaux, en particulier Twitter.

Votre mini-moi en 3D, c’est possible avec Coca-cola !

Standard

Le géant américain Coca-Cola fait de nouveau sensation en Israël. Pour entretenir la campagne « Enjoy Coca-Cola with a friend », il propose cette fois de matérialiser ses fans en 3D. Il faut dire qu’après le robot social et les billboards personnalisables, ce ne sont pas les idées de génie qui manquent au sein de la firme !

Coca-Cola, connue pour être la boisson fétiche de l’uncle Sam mais aussi “reine du buzz”, continue de faire parler d’elle en Israël. Après avoir donné à ses fans la possibilité de mettre leur prénom sur l’étiquette des bouteilles, la marque n’a pas hésité à inviter ses consommateurs dans un laboratoire 3D pour se faire scanner à 360°, afin de leur concocter une version numérisée de leur « mini-moi ». De cette manière, Coca-cola peut s’assurer de renforcer les liens affectifs qu’il a avec ses fans israéliens, mais surtout de faire en sorte que la promotion son nouveau format de bouteille (Coca-Cola mini) se passe dans les meilleures conditions en Israël.

Pour obtenir leur mini-moi, les clients doivent d’abord télécharger une application mobile puis créer leur avatar. Le jeu, inspiré du Tamagochi japonais, consiste à rendre son avatar le plus heureux possible en lui donnant des câlins et de quoi se nourrir. Les gagnants sont ensuite invités dans les locaux de Coca-Cola pour être scannés à 360° puis recevoir une figurine 3D à leur effigie.

Comme pour les précédents coups de pub de la campagne « Enjoy Coca-Cola with a friend », notamment le festival de trois jours accueillant tous les ans des milliers de jeunes Israéliens (Social Robot), la marque s’est tournée vers Gefen Team. Citons également l’application sur smartphones avec laquelle les mobinautes peuvent créer différents billboards avec leur prénom dessus, une autre idée de l’agence.

Pour renforcer sa notoriété et donner la possibilité à ses fans de diffuser des messages personnalisés, la marque est plus que jamais déterminée à profiter de l’évolution de la technologie (très intelligent !).  Avec Coca-Cola, nous devons donc désormais prendre l’habitude de s’attendre à une campagne toujours plus innovante !

 

KTM, une marque qui buzze

Standard

KTM, c’est l’histoire d’une petite entreprise familiale dont l’expertise technique est incomparable et qui venue historiquement des produits moto est en train de réussir un tournant incroyable sur le marché du Vélo. Récemment, en effet, la marque s’est engagée dans la production en série de VTT destinés à toutes les pratiques.

Rétrospective sur un talent couronné de succès :

Kraftfahrzeuge Trunkenpolz Mattighofen

L’histoire de KTM marque allemande vous l’aurez compris commence avec celle d’un ingénieur autrichien Hans Trunkenpolz qui a eu l’idée de monter un atelier de réparation de voitures et de motocycles dans une boutique de serrurier à Mattighofen qu’il a nommé « Kraftfahrzeuge Trunkenpolz Mattighofen ». Jusque-là, rien ne laissait prédire un succès international dans l’univers des cycles. Sauf que trois ans après, la maison Trunkenpolz devient ambassadrice des motocycles DKW, ce qui lui permet une extension de ses activités. En 1950, KTM compte déjà parmi les ateliers les plus importants de la région. Par la suite, le projet de développer une petite moto de 98 cm³ est concrétisé, une des toutes premières réalisations de l’entreprise.

moto-ktm

Premières compétitions et premiers vélos

En 1953, Trunkenpolz s’associe avec un autre ingénieur du nom d’Ernst Kronreif, également homme d’affaires et cette collaboration signe le démarrage de la production de motos en série. La firme acquiert alors un nouveau nom: « Kronreif & Trunkenpolz, Mattighofen », toujours abrégée KTM. Dès lors, les véhicules à deux roues et motorisées sont produites à raison de 3 par jour, et participent aux grandes compétitions internationales. Hélas, la crise industrielle de 1960 coïncidant avec le décès de Kronkreif coupe court à la fabrication de motos. Deux ans après, le fondateur meurt. Les premières bicyclettes ne voient alors le jour qu’en 1964. La production de cyclomoteurs reprend en parallèle, avec la naissance d’une filiale américaine « KTM America Inc. ». Après plusieurs essais de modélisation, le premier vélo de course de la marque voit le jour en 1986. Un an après, 93700 bicyclettes sont sorties des usines KTM et en 1989, le million est atteint.

velo-ktm

Des vélos en tous genres et pour tous les goûts

En 1992, une scission est effective pour le partage des activités de la firme, rendant le département des cycles plus autonome. Deux années plus tard, KTM développe le cadrage en aluminium. Les innovations se poursuivent et en 2001, la première ligne d’émaillage en poudres est lancée.

En 40 ans de production, la firme annonce fièrement en avoir fabriqué 2 500 000. Les améliorations s’enchainent et en 2005, leurs vélos sont munis du système de suspension PDS Prowler. En 2007, la marque diffuse des vélos de descente puis introduit le premier cadre monocoque carbone. L’année 2010 est marquée par l’entrée en scène de l’e-bike ou electric bike. En véritable génie du cycle, KTM continue de combler ses consommateurs avec des vélos robustes couvrant toutes les pratiques : vélos de ville, de randonnées, de course … mais ses produits se déclinent aussi pour tous les âges, les enfants n’étant pas en reste. En tandem avec la tendance du moment, la marque autrichienne produit des VTT 29 pouces et des VTT à assistance électrique, sans altérer le bon rapport qualité-prix connu du public depuis presque maintenant un demi-siècle.

On espère que vous aurez apprécié l’histoire de cette marque au parcours étonnant. Pour tous les fans de Vélos et VTT KTM, vous trouverez facilement plusieurs boutiques de cycles qui distribuent du KTM. On vous recommande particulièrement Veloclic.com.. Ils ont une gamme assez intéressante de vélos de route de cette marque.

C’est les soldes sur Apiculture.net

Standard

Le magasin de vente en ligne de matériel apicole, Apiculture.net a lancé officiellement ses soldes. Vous y trouverez des produits remisés jusqu’à -40 ou -50%.

soldes-api

 

Découvrez tous les produits en promotion et les bons plans pour investir dans votre rucher.

Si vous êtes apiculteur, c’est le bon moment pour faire des affaires. N’hésitez pas à contacter toute l’équipe de Lubéron Apiculture, ils seront là pour vous guider dans vos choix d’équipement.

 

Il était une fois Lacoste

Standard

La marque Lacoste rend hommage à son créateur : René Lacoste. Un site web en flash, conçu comme un livre animé, retrace les exploits de cet incroyable joueur de tennis.

Le nom du site : “il était une fois René Lacoste“. Classe non ? Une belle réalisation qui sert à la fois la mémoire de son fondateur et la marque qui s’appuie sur ce site pour repasser un coup de vernis sur une image un peu ternie depuis quelques années.

Une pub Gay pour McDo

Standard

McDonald’s a osé.. avec une publicité ciblant les homosexuels. La vidéo diffusée sur Youtube a été vue plus de 500 000 fois et fait le tour du monde.

Pour prouver que son slogan “Venez comme vous êtes” doit être pris au sérieux, le leader du Fast Food lance en France cette campagne gay-friendly qui montre un jeune homme homosexuel et son père se retrouvant au McDo.

C’est une pub qui se veut donc assez osée pour un annonceur. Elle bien entendu été très remarquée, et fait donc son buzz proprement et sûrement. Elle suscite de nombreuses polémiques, notamment aux USA. Est-ce manoeuvre un peu trop racolleuse du géant de la restauration rapide ? Est-ce que ça rend vraiment justice à la communauté homosexuelle ? Est-ce que ce n’est pas caricatural ? etc..

Des parodies plus ou moins subtiles circulent déjà.

Voici la campagne :

Personnellement, je ne vois pourquoi on en fait tout un plat. Je trouve la pub plutôt bien faite, et il fallait le faire, et pour une fois qu’en France, on sort du politiquement correct en pub, ça ne fait pas de mal.