La success story magento

Standard

Magento a vu son essor en seulement quelques années depuis sa création. Nombreux sont les facteurs de cette brusque montée, mais ses points forts sont innombrables que beaucoup en sont satisfaits. L’application met à la disposition des commerçants tout un tas de produits et de solutions, utiles, nécessaires et efficaces, selon les besoins de chacun, mais aussi en fonction du secteur d’activité.

Magento en quelques mots

Spécialisée dans le domaine du e-commerce, Magento est une application qui dispose de plusieurs rôles. Ces derniers permettent à tout un chacun de mieux rentabiliser son secteur d’activité. En effet, il veille au lancement de l’activité d’une entreprise tout en ajustant les solutions et prestations qui s’y rapportent, mais aussi en faisant avancer et en contribuant au développement de l’entreprise. Magento autorise également un individu a lancé sa marque et le fait reconnaître, lui et son entreprise à travers le monde.

Étant la solution parfaite pour vous ouvrir les portes de plusieurs marchés internationaux, l’application se focalise surtout sur le commerce en ligne et est ainsi à la portée de tous les commerçants. Nombreux sont ceux qui optent pour son usage et beaucoup parlent de ses avantages. Avec Magento, vous allez découvrir toutes les pratiques exemplaires à adopter et les idées qui vous seront utiles. Très efficace, vous ne pouvez que réussir votre projet en l’utilisant.

L’essor de Magento grâce à ses produits et solutions

Nombreux produits ont contribué à la réussite de l’application Magento. Elle se charge non seulement de l’hébergement pour Magento par exemple, mais aussi des entreprises Cloud Edition, de l’Edition pour Entreprise et de la gestion des commandes commerciales. Par ailleurs, elle s’occupe aussi de toutes questions d’analytiques tout comme de l’édition communautaire. Avec Magento, les solutions sont aussi nombreuses, selon les besoins des affaires. Il est possible de profiter d’une expansion internationale, d’une transformation numérique et de l’omnichannel avec l’application, mais aussi du secteur de la mode, du B2B, de la nourriture, des boissons, etc. Des solutions Magento peuvent ainsi correspondre à divers secteurs d’activités.

Il est à souligner que les prestations de service qui accompagnent l’application sont aussi nombreuses et irréprochables les unes que les autres. À cela, l’individu peut non seulement disposer d’un support et d’un soutien de la part des professionnels dans le domaine, mais il peut également profiter d’une formation certifiant et des ressources nécessaires, qui lui seront utiles pour son développement. Des services professionnels lui sont également accessibles avec l’application Magento, pour mieux optimiser ses résultats et pour pouvoir les obtenir de façon rapide.

Les plus de l’application Magento

Que vous soyez un développeur ou un utilisateur, Magento vous serait très favorable pour le lancement de votre projet. Pouvant vous offrir par exemple un hébergement chez Occitech, l’application vous permet de disposer des documentations et des ressources sans fins et toujours d’actualités. De plus, des mises à jour de sécurité vous sont accessibles, pour mieux vous aider, tout comme des forums communautaires et le Bloggento. Ce dernier vous permet non seulement de connaître les petits astuces pour réussir avec l’application, mais aussi de faire face aux témoignages des clients voire des commerçants satisfaits de l’offre. Magento peut ainsi vous ouvrir toutes les portes du marché internationaux, quels que soient votre secteur d’activité.

Histoire de la marque Samsung

Standard

Lorsque l’on regarde nos tablettes, nos smartphones et autres appareils, l’on se rend compte que Samsung occupe une place importante sur le marché.

Samsung

Zoom sur l’histoire de cette marque qui a grandi au cœur d’une Corée en lambeaux.
 

Une entreprise qui touchait à tout

En 1938, la Corée était un pays miséreux, occupé par le Japon. C’est pourtant dans ce contexte qu’un certain Lee Byung-Chull a décidé de monter sa propre affaire, Samseong signifiant 3 étoiles, ou encore Samsung. La société se focalise alors sur les activités d’exportation de produits alimentaires vers la Chine. Le succès fut au rendez-vous, si bien que Samsung traite parfois du textile, parfois du sucre, allant jusqu’au marché des poissons.

samsung

La fin de la guerre a alors marqué la scission de la Corée en deux parties. Face à un besoin de reconstruire son économie, la Corée du Sud a décidé d’encourager certains chefs d’entreprises en leur donnant des moyens considérables. Parmi eux, l’on retrouvait certains leaders comme LG, Samsung, Daewoo ou encore Hyundai.

Un flair infaillible pour les bonnes affaires.

Lee Byung-Chull est un homme d’affaires aguerri et ne manque jamais une opportunité de faire des bénéfices. Il étend alors les activités de Samsung au textile, à la construction navale, à la pétrochimie et à bien d’autres domaines. Ce n’est qu’au début des années 60 que la firme se lance dans l’électronique, créant la filiale Samsung Electronics en 1969. Quelques années plus tard, la marque s’est mise à produire des postes téléviseurs en noir et blanc, puis des ordinateurs vers les années 1982.

Un nouveau souffle nait avec l’ère Lee Kun-Hee

Lorsque Lee Byung-Chung décède en 1987, c’est son fils Lee Kun-Hee qui lui a succédé, comme le veut les traditions des conglomérats familiaux asiatiques. Ce dernier décide alors de changer de leitmotiv et veut orienter Samsung vers les produits haut de gamme. En 1988, Samsung produit le SH-100, le premier téléphone mobile analogique coréen. Mais bien vite, Lee Kun-Hee et son équipe ont travaillé le design et la qualité de leurs produits. Les téléphones SH-700 et SH-770 arrivent alors sur le marché en 1993, faisant augmenter les ventes de Samsung de 51 % en seulement une année.

Devenu un leader mondial incontesté

Peu de temps après, Samsung a élargi son activité vers l’électroménager, les climatiseurs ou encore les produits et consommables informatiques. Au terme d’une association avec Sony, Samsung sort alors le premier écran LCD à cristaux liquides au monde. Dans les années 2000, Samsung n’a fait que confirmer son statut de géant mondial en technologies innovantes.

sams

En 2010, Samsung devient le numéro un en ventes de téléphones dans le monde, ainsi que par rapport aux ventes de smartphones. Samsung est également devenu leader dans la vente d’imprimantes et d’ordinateurs, en se plaçant 2ème producteur d’appareils photos et d’aspirateurs… L’on comptait plus de 276.000 employés de Samsung à travers le monde en 2009, la marque étant devenue un véritable empire de l’électronique, avec des actifs financiers qui dépasseraient les 294 milliards USD.

Facebook : un centre de recherche sur l’Intelligence artificielle à Paris

Standard

Le géant du web Facebook a révélé le Mardi 02 Juin dernier la création d’un centre de recherche sur l’Intelligence Artificielle à Paris.

FAIR, le nouveau centre de recherche

FAIR

Ce 02 Juin, Facebook annonçait l’ouverture d’un nouveau centre situé dans la capitale française. Facebook Artificial Intelligence Research ou FAIR sera son pôle européen de recherche sur l’intelligence artificielle, un des domaines privilégiés du groupe.

Le centre a déjà recruté officiellement six personnes, mais prévoit d’embaucher à terme entre 40 et 50 personnes, dont une vingtaine de chercheurs. Le Directeur de l’équipe a également déjà été nommé. Yann LeCun, un Français spécialiste de l’intelligence artificielle et professeur à la New York Université tiendra donc les rênes du 1er laboratoire de recherche francophone de Facebook.

L’intelligence artificielle, une priorité de Facebook

L’intelligence artificielle est un des domaines qui intéresse le plus le puissant groupe internet. Elle a déjà permis la création du « deep learning » ou apprentissage en profondeur. C’est un système qui permet aux ordinateurs l’auto-apprentissage, et ainsi développer leur compréhension des textes et images, et mieux organiser le flux d’informations des fils d’actualités.

reconnaissance vocale

Son application va de la reconnaissance vocale à la traduction automatique de textes en passant par la réalité virtuelle. Grâce à cette intelligence artificielle, les spam et contenus violents sont automatiquement détectés. Elle est tellement pointue qu’elle est capable de reconnaitre 487 sports différents dans des vidéos.

Dans une dizaine d’années au plus tard, elle confèrera aux machines la faculté de mener à bien des tâches qui demandent un raisonnement et ce, sans intervention humaine. A terme, les ordinateurs devraient pouvoir retranscrire, résumer et traduire un texte et même, tenir une conversation avec quelqu’un.

Pourquoi avoir choisi la France ?

Les grands noms du monde de la technologie privilégient de plus en plus la France pour y installer leurs centres de recherches. Après Google qui avait ouvert en 2013 son centre culturel à Paris, c’est au tour d’un autre colosse américain de l’internet de venir s’implanter dans la capitale française.

Yann LeCun

Selon les dirigeants de Facebook, il existe en France une concentration de génies et de spécialistes dans le domaine des mathématiques et de l’informatique. Yann LeCun appuie cet avis en affirmant que le pays possède les meilleurs chercheurs et institution de recherche en informatique au monde.

Mais à côté de cette qualité des chercheurs, d’autres critères rendent la France attractive : les salaires y sont moins élevés qu’aux Etats Unis, les sociétés peuvent également bénéficier de crédit d’impôt de recherche.

Free : agitateur ou révolutionnaire ?

Standard

Free, opérateur fixe, mobile et Internet lancé vers les années 2000 n’a cessé de faire parler de lui depuis ses débuts et jusqu’à ce jour. Free : Agitateur ou révolutionnaire ? La réponse est assez complexe, attendu que ce géant est non seulement un terrible agitateur du marché de la téléphonie et des forfaits Internet, mais propose d’autre part des innovations dont on ne pourrait en aucun cas se plaindre, comme tel est le cas de la Freebox. Alors que dirions-nous sur Free ?

 

Free l’agitateur, et c’est peu de le dire !

 

free

On se souvient probablement tous de l’offre 4G proposée par Free avec son forfait et ce, sans augmenter ses tarifs. Pour la somme de 19,99 euros par mois, les éventuels clients à la 4G pouvaient accéder au très haut débit mobile avec une enveloppe mensuelle de 20 Go ! En termes de 4G, Free Mobile a alors pris les devants. Voilà donc une chose de faite. C’est par voie de communiqué que l’agitateur déclare que son offre mensuelle de 19,99 euros inclut désormais la 4G. Cerise sur le gâteau, les tarifs restent inchangés et incluent un débit maximal de 150 Mb/s. Il s’agit assurément d’une mauvaise nouvelle pour les adversaires de l’opérateur qui essaient à tout prix de se ressaisir en proposant certes des prix élevés avec la 4G mais avec une réduction des marges et des contraintes. Ce trublion n’a vraisemblablement rien à envier à ses concurrents en matière de coup de communication. Reste à savoir si l’offre est effectivement opérationnelle et s’il est véritablement possible d’accéder à la 4G.

 

Les dernières nouveautés recueillies chez Free : un incontestable révolutionnaire

 

Si dans certaines circonstances Free s’est vu comme un agitateur, cela ne l’a pourtant pas empêché de proposer des innovations qui ont bien marqué l’univers de la téléphonie mobile et du web. Alors que ces derniers temps la concurrence s’est fait rude, Free a déployé ses armes secrètes et a présenté une vente privée en collaboration avec le site Vente-Privee.com. Cette offre mobile est mise sur le marché à un tarif défiant toute concurrence. En effet, le forfait illimité 3G/4G de Free Mobile a été revu à la baisse et est désormais proposé à 3,99 euros par mois pendant une année au lieu de 19,99 euros. Grande révolution non !

 

Bref, rien qu’avec sa Freebox, Free a présenté une grande révolution au monde du web, de la téléphonie et de la télévision. Première set-top box triple play dans le globe, la Freebox est un modem évolutif simple à installer et offrant différentes fonctionnalités.Celle-ci a été mise au point afin de pouvoir bénéficier d’un seul et unique appareil multimédia au sein d’un foyer. De plus, il est à savoir que Free a été le premier opérateur à proposer la téléphonie illimitée vers les fixes dans l’hexagone. Plus révolutionnaire, il n’en existe donc sans doute pas !

Les faux buzz d’Amazon

Standard

Le Président et Directeur Général du groupe américain Amazon, Jeff Bezos, annonce un autre de ses projets « la livraison à domicile de vos achats par voie aérienne par un drone ». La présentation de ce dernier-né des projets d’Amazon qui utilise un drone pour livrer des mini paquets et des mini colis dans un axe urbain a suscité un grand tapage médiatique qualifié même par certains d’énorme « coup de pub » !

Le principe de ce projet et de ses faux buzz

Le projet Amazon Prime Air propose donc un service de livraison futuriste à domicile de vos achats sous la forme de colis via la voie aérienne. Le système accepte des petits paquets aux alentours de 2,3 kg qui seront à livrer dans un rayon urbain de 15 kilomètres aux alentours d’un centre de distribution Amazon. En outre le PDG d’Amazon préconise un délai de livraison plus que rapide à raison de 30 minutes au grand maximum. Les « livreurs » seront des faux buzz ou encore des faux bourdons ou encore des drones. Ces petits engins sans conducteur  à l’appellation technique UAV (Unmanned Aerial Vehicule) sont équipés de huit hélices ravitaillés par des moteurs électriques qui les propulseront dans les airs dans un petit bruit imitant une abeille.

Amazon espère de l’enthousiasme de la part de FAA

L’autorité aérienne américaine (FAA) n’a pas encore pris ses positions face au projet futuriste d’Amazon malgré qu’elle se penche dessus depuis 2009. L’avenir semble encore incertain pour l’intégration de ce projet dans le milieu légal aérien car jusqu’à présent utiliser un drone sans pilote est encore illégal aux Etats-Unis sauf en ce qui concerne les jouets amateurs, les drones des fermiers ou encore la RATP sur site contrôlables visuellement par son pilote.

Jeff Bezos demeure toutefois plein d’espoir car le gouvernement aurait émis qu’en 2018, soit d’ici 4 ans, 7 500 drones devraient circuler dans l’espace aérien américain.

En ce qui concerne le ciel européen, l’AESA paraît encore perplexe et se garde bien d’émettre sur le sujet.

Quant à la France, elle est déjà au point avec ses différentes règlementations bien arrêtées sur les drones sans pilote.

Les faux buzz d’Amazon sur le point de vue technique

La mise en service d’un essaim de drones n’est pas sans problèmes techniques. En effet il s’agira de bien les programmer afin qu’ils n’entrent pas en collision irrémédiable avec une construction, ou encore avec des fils électrique, … Les drones devront également livrer leur colis à la bonne adresse.

Qu’en est-il du feel back face aux faux buzz d’Amazon ?

Pour le moment, le public semble sceptique en ce qui concerne ces fameux buzz d’Amazon. Certains se sont même mis à émettre des commentaires moqueurs quant à la faisabilité du projet. Les particuliers conçoivent encore mal l’idée de voir plusieurs milliers de drones bourdonnant au-dessus de leur tête à la manière d’une colonie d’abeilles et qui ont pour mission de « livrer des colis ». Et comme le PDG d’Amazon ne prévoit pas la mise en service effective de Amazon Prime Air avant 4 ou 5 ans, le public a encore le temps pour s’habituer à côtoyer ces drones qui volettent et circulent dans les airs.

Les premières offres de précommandes du Nexus 5 ont été lancées sur Facebook par un opérateur canadien

Standard

Pour faire le buzz, l’opérateur canadien Wind n’a pas hésité de publier sur sa page Facebook les premières offres de précommandes du Nexus 5. Il a également profité de l’occasion pour révéler aux internautes la fiche technique complète du smartphone avant d’effacer rapidement la publication, puis d’invoquer par la suite qu’il s’agissait en fait d’une erreur.

La fiche complète de Nexus 5 dévoilée sur Facebook

La publication a donné assez de temps aux férus de téléphones intelligents de faire des captures d’écran, comme quoi il a été confirmé que le Nexus 5 est bien doté d’un écran de 4,95 pouces en 1080p protégé par du Gorilla Glass 3, ainsi que d’un SoC Snapdragon 800 cadencé à 2.3 Ghz. Il dispose par ailleurs de 2 Go de RAM et offre 16 ou 32 Go de stockage. Comme tout smartphone haut de gamme digne de ce nom, il propose aussi un appareil photo numérique de  8 Mégapixels. Evidemment, l’appareil fonctionne sous Android 4.4.

Avec de telles caractéristiques, le nouveau smartphone sera probablement comparé, dès sa sortie, au fameux LG G2. En parlant de LG, il faut savoir que la marque vient également d’annoncer officiellement son G Flex, son premier smartphone à écran POLED incurvé de 6 pouces.

Nexus 5 bientôt sur le marché ?

Outre le buzz qu’a provoqué l’opérateur canadien, un membre de Neogaf vient également de publier la photo d’un entrepôt rempli d’exemplaires du Nexus 5. L’entrepôt appartiendrait à LG Canada.

Il ne reste donc plus qu’à prouver l’authenticité du cliché. Si tel est le cas, nous pouvons donc nous attendre à ce que le nouveau smartphone de Google soit lancé sur le marché très prochainement. Tout semble même indiquer qu’il sera commercialisé avant la fin de l’année.

La Galaxy Gear, la montre intelligente de Samsung

Standard

Début septembre, le célèbre fabricant coréen Samsung lance sa montre high-tech. Notez par cela que ce bijou technologique n’affiche pas seulement que l’heure. Elle donne aussi la date et la température extérieure. Elle dispose aussi d’autres fonctionnalités grâce à sa connectivité Bluetooth.

Pourquoi se procurer une Galaxy Gear ?

La Samsung Galaxy Gear Smartwatch propose plus de fonctionnalités qu’une simple montre. Avec un poids de 74 g, un écran carré, cette montre intelligente présente une mémoire interne de 4 Go et un appareil photo de 1.9 Mégapixels. Sur ce point justement, il suffit d’un seul mouvement de poignet pour capturer des photos ou des vidéos. Il présente aussi plusieurs dizaines d’applications notamment celle qui affiche la température de l’air ambiant.Il est aussi équipé de Bluetooth pour pouvoir synchroniser les données avec son smartphone. La Galaxy Gear Smartwatch se décline en six couleurs notamment l’orange, le vert et le noir. Il faut dire que la Galaxy Gear Smartwatch se présente comme une montre de sport avec son écran de forme carré et son bracelet épais. Grâce à cet écran, il est possible de vérifier s’il y a des appels en absence ou des messages sur son smartphone. A partir de l’écran, il est aussi possible de vérifier l’arrivée de mails. Par ailleurs, grâce à la présence d’un micro, la Galaxy Gear permet de réaliser des mémos vocaux.

Un show en deux temps pour la présentation de la Galaxy Gear

Pour présenter sa montre intelligente, Samsung n’a pas lésé sur les moyens. D’abord il a diffusé un concert en direct depuis la fameuse place new-yorkaise Times Square. Ensuite, il a profité de l’IFA à Berlin pour montrer à un public plus large sa montre intelligente. Il faut savoir que Samsung prévoit la commercialisation de la Galaxy Gear dans plus d’une centaine de pays.

Pour information, la montre intelligente de Samsung n’est pas une grande première. Cela dit par rapport à son plus grand concurrent, Apple, la firme coréenne peut se vanter d’être arrivée en premier dans ce secteur. Pour ce qui est du succès de la Galaxy Gear, les spécialistes ne tablent pas sur une vente importante, vu le prix de la montre qui est compris entre 200 et 400 dollars. De plus, dans un souci d’exclusivité, il faut savoir que la Galaxy Gear smartwatch ne peut être synchronisée, actuellement, qu’avec le Galaxy Note 3, le dernier smartphone lancé par Samsung. Cela dit le fabricant coréen prévoit une mise à jour afin que ses autres smartphones puissent se synchroniser avec la Galaxy Gear.

La Galaxy Gear Smartwatch est une montre high-tech qui présente ainsi de nombreuses applications accessibles grâce à son écran de forme carré. De plus, elle dispose d’une carte mémoire interne pour stocker les photos capturées à partir de l’appareil photo de la montre. Déclinée en plusieurs couleurs, la montre intelligente signée Samsung se veut d’être plus qu’une montre sport. Elle est commercialisée dans 140 pays depuis le 25 septembre dernier avec un prix compris entre 200 et 400 $.

Certaines critiques sur ce produit se font déjà entendre comme en témoigne ce billet sur presse-citron.

Qand Apple crée le buzz contre son iPhone 5C

Standard

Cupertino, mardi 10 septembre : Apple fait connaître publiquement et officiellement le lancement de son nouveau smartphone, l’iPhone 5S. Le géant américain a enfin levé le voile sur son dernier né, l’iPhone 5C, un produit annoncé low-cost, destiné à séduire de nouveaux clients, notamment les Chinois. Si les internautes sont nombreux à s’en moquer, la concurrence ne s’est pas fait non plus prier pour abattre la marque pommée.

Ce qu’il faut savoir sur l’iPhone 5C

L’iPhone 5C est disponible en 5 couleurs (bleu, vert, blanc, rouge et jaune). Apple se veut ainsi d’offrir aux consommateurs le même appareil que l’actuel iPhone 5, avec une coque en plastique, mais à un prix plutôt élevé. La version 16 Go de la bête n’est en effet accessible qu’à partie de 599 euros, et 699 euros pour la version 32 Go.
iphone-colors

Au final, le « C » ne voulait donc pas dire « cheap » mais bien « colors » car il faut quand même reconnaître que ces prix ne sont pas « low cost » comme promis. Il n’est donc pas étonnant si près de 90% des internautes chinois jugent le smartphone trop cher et n’ont pas l’intention de l’acheter. A ce propos, il faut rappeler qu’en Chine, les ordiphones coûtent en moyenne 75 euros…

La concurrence se moque ouvertement d’Apple

Nokia a été le premier à se moquer du manque d’innovation d’Apple sur Twitter en se disant « flattée » de l’imitation. Via sa gamme Lumia sous Windows Phone, la marque propose en effet déjà de nombreux modèles déclinés en plusieurs coloris flashy auxquels semblent ressembler fortement l’iPhone 5C.

Les internautes se disent, quant à eux, déçus du manque de cohérence au niveau de la marque. Ils associent  ainsi l’iPhone 5C au monde des enfants et des jouets pour faire comprendre au constructeur américain que plastique et haut de gamme ne riment pas ensemble.

Les principaux concurrents de la marque, à savoir Samsung, Microsoft et Motorola, n’ont également pas hésité de reprendre le buzz pour alimenter les moqueries via les réseaux sociaux, en particulier Twitter.

Jobroulette, le buzz d’Altran

Standard

Très largement inspiré de Chatroulette, le site qui fait le buzz en ce moment et explose tous les records de fréquentation, voici Jobroulette.

C’est une opération de communication mis en place par Altran, spécialiste du conseil en innovation. Pour l’entreprise qui a de forts besoins en recrutement, c’est l’occasion d’entrer en contact avec ses candidats.

Comment ça se passe ? Vous souhaitez postuler à l’un des 150 postes proposés dans le cadre de “l’innovation week du 17 au 21 mai, vous vous connectez à Jobroulette et vous entrez en contact au hasard avec un collaborateur d’Altran.

Plutôt sympa et humain comme démarche non ? Surtout pour une entreprise de cette taille.

C’est encore une nouvelle façon d’utiliser les nouvelles technologies au service du recrutement et des ressources humaines, et plutôt de façon originale puisque s’appuyant sur le gros buzz du moment qu’est Chatroullette.

Dassault fait du buzz

Standard

Tout le monde se met au buzz, même les marques les moins “glamour”.

Dassault Systèmes vient de lancer une campagne de buzz marketing baptisée “The Collaborative Tribe” – la tribu collaborative.

L’idée est de faire la promotion « de façon originale et humoristique », des logiciels de Dassault Système. Il s’agit de faire découvrir au grand public toutes les technologies 3D de l’entreprise.

Dassault (et son agence web) dont j’ai oublié le nom ont mis au point un site plutôt bien fait : http://thecollaborativetribe.3ds.com. Vous pourrez y suivre les aventures d’une petite tribu préhistorique à la recherche d’innovations.

Personnellement, même si ce buzz n’a pas été relayé par tout le web, et qu’on pourrait le qualifier de demi-succès, je trouve ça très encourageant pour Dassault qui a réussi à se lancer sur internet avec un buzz crédible et assez bien ficelé. Très courageux de leur part pour une marque plutôt “industrielle”